logo


SBS : quelles préventions possibles ?

Le premier plan de prévention de la violence à enfants vient d’être présenté le premier mars par la Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes

C’est une étape cruciale.
C’est l’affaire de tous de diffuser ce plan de prévention.
C’est l’affaire de beaucoup de le faire vivre.
La campagne de communication accompagnant de plan s’appuie sur
- Trois témoignages de victimes de violence dans l’enfance.
- Trois affiches.
Nous comptons sur vous pour faire connaître ce plan et pour relayer largement cette campagne de communication sur les réseaux sociaux accompagné de #Violencesfaitesauxenfants. MERCI.
http://www.familles-enfance-droitsdesfemmes.gouv.fr/wp-content/uploads/2017/02/PlanVIOLENCES_-ENFANTS_2017-2019.pdf
De nombreux articles paraissent sur ce plan. Le syndrome du bébé secoué y est systématiquement évoqué.
Retrouvez ces articles dans la revue de presse de notre , rubrique Actualités http://www.scoop.it/t/syndrome-du-bebe-secoue, sur Twitter @sbebesecoue et sur Facebook  https://www.facebook.com/syndromedubebesecoue

Les dix points à retenir et à communiquer pour la prévention du Syndrome du Bébé Secoué :

  • Un nourrisson peut pleurer plus de 2 heures par jour, même sans raison et parfois d’affilée. C’est son seul mode d’expression
  •  Un adulte peut en être exaspéré au point d’avoir envie de le secouer pour le faire taire
  • Le secouement peut tuer ou handicaper à vie.
  • Une seule fois peut suffire à créer des lésions dont les conséquences dureront toute la vie
  • Secouer est bien plus grave qu’une chute de table à langer
  • Jouer n’est pas secouer, on peut et on doit jouer avec son enfant, le jeu étant adapté à son âge
  • Secouer est un acte de maltraitance, une infraction pénale passible de prison
  • Le mieux, en cas d’exaspération par les pleurs, est dans l’immédiat de coucher l’enfant sur le dos, dans son lit, et de quitter la pièce.
  • Demander ensuite de l’aide à ses proches (famille, amis, voisins), appeler son médecin ou un autre professionnel de santé, contacter la PMI.
  • Oser en parler systématiquement aux personnes à qui l’on confie son enfant.

Pour en savoir plus…

Un colloque a eu lieu le  11 octobre 2013 et a réuni  les professionnels de la santé, de la petite enfance, de la justice…

L’objet de cette journée était la prévention sous toutes ses formes :

  • celle du secouement mais aussi de ses récidives, permises par le diagnostic au plus tôt du ou des premiers secouements,
  • la prévention des séquelles par une prise en charge thérapeutique initiale et ultérieure adéquate,
  • et la protection de l’enfant et de ses droits.
     .

Cet événement était organisé à l’initiative du Dr Anne Laurent-Vannier, par les Hôpitaux de Saint-Maurice. Il était en partenariat avec la Haute Autorité de Santé, l’Institut National de Veille Sanitaire, la Société Française de Pédiatrie, le Conseil National de l’ordre des Médecins, la Société française de médecine physique et réadaptation (SOFMER), l’Union Nationale des Associations de Familles de Traumatisés Crâniens et cérébro-lésés, et France Traumatisme Crânien. Il était placé sous le haut patronage de Mme Marisol Touraine, Ministre des Affaires sociales et de la Santé.

Ouverture du congrès :

  • C. Groucka, Haute Autorité de Santé
  • Dr A. Laurent-Vannier, Hôpitaux de Saint-Maurice
    Vidéo - Power-Point

Prévention du secouement :

  • Les circonstances du secouement – Dr C. Rey Salmon, UMJ Hôtel-Dieu
    Vidéo - Power-Point
  • Connaissances des professionnels de la santé et de l’enfance sur le SBS – F. Quiriau, Convention Nationale des Associations de Protection de l’Enfant
    VidéoPower-Point
  • Outils de prévention : Intervention auprès des parents – Dr H. Simonnet, Hôpitaux de Saint-Maurice
    VidéoPower-Point
  • Sites et films – Y. Mehira, Gobelins, école de l’image
    Vidéo - Power-Point
  •  Questions/réponses
    Vidéo

Prévention des récidives, le diagnostic de secouement :

  • Tableaux cliniques – Dr C. Rey-Salmon, UMJ Hôtel-Dieu
    VidéoPower-Point
  • Lésions radiologiques – Pr C. Adamsbaum, Hôpital Bicêtre
    VidéoPower-Point
  • Apport de l’autopsie – Dr C. Rambaud, Hôpital Raymond Poincaré, Garches
    VidéoPower-Point (Attention, les images présentes dans cette intervention sont susceptibles de choquer)
  • Chute, malaise… ou secouement ? – Dr A. Laurent-Vannier, Hôpitaux de Saint-Maurice
    VidéoPower-Point
  • Les garçons, plus fragiles ou plus souvent secoués ? – Pr J.-S. Raul, Université de Strasbourg
    VidéoPower-Point
  • Questions/réponses
    Vidéo

Prévention et limitation des séquelles :

  • Les séquelles – Pr B. Chabrol, CHU la Timone, Marseille
    VidéoPower-Point
  • Importance de la prise en charge initiale – Dr P. Meyer, pour l’équipe de l’Hôpital Necker
    VidéoPower-Point
  • Prise en charge au long cours – Dr H. Touré, Hôpitaux de Saint-Maurice
    VidéoPower-Point
  • Questions/réponses
    Vidéo

Protection de l’enfant et de ses droits :

  • Le rôle du procureur et le traitement judiciaire – Mme A. Duret, Substitut du procureur, Section des mineurs, Parquet de Paris
    Vidéo – Power-Point
  • Le rôle de la cellule de recueil des informations préoccupantes – Dr J. Magny, CRIP de Paris
    VidéoPower-Point
  • Les droits de l’enfant – Maitre V. Schmitzberger (Metz)
    VidéoPower-Point
  • Questions/réponses
    Vidéo